mardi 28 août 2018

Balade bretonne 1 - Erquy et ses environs...


                                                  Bonjour,

Cette année, la destination des vacances fût la Vendée en juillet et la Bretagne en août ! 
Nous sommes d'abord allés à Erquy dans les Côtes d'Armor ! 
Après les journées de canicule que nous avons connues chez nous, il faisait presque trop frais en Bretagne !! 

Ci-dessous, vues du petit port d'Erquy à différents moments de la journée.










En route vers le cap d'Erquy ! Il est dit (et ce n'est pas moi !!) que les plus célèbres armoricains sont Astérix et Obélix originaires d'un petit village d'irréductibles gaulois qui se situerait sur le cap d'Erquy !!!.

Le coup d'oeil vaut le détour !


Après les balades à pied, rien de tel qu'un bon repas avec deux mets emblématiques de la Bretagne !!!

Erquy est réputé pour ses coquilles St Jacques !
Pour tout savoir sur ce mollusque bivalve, allez voir par là.
Un vrai régal même si ce n'est pas encore la pleine saison !

Le fameux Kouign-amann, gâteau typiquement breton s'il en est, accompagné d'une glace caramel au beurre salé !
C'est très goûteux mais attention aux calories !!! Il va falloir marcher pour éliminer tout cela !!!
La recette est ici ou encore  !

Balade au Cap Fréhel endroit magnifique et protégé avec ses falaises de plus de 70 m de hauteur en grès rose.

Ce jour là, la météo n'annonçait pas plus de 20° mais le soleil était de la partie et mettait en valeur la couleur vert émeraude de la mer.




Oeuvres d'art éphémères ; les promeneurs ajoutent une pierre à l'édifice en équilibre instable au bord de la falaise...

Le phare, majestueux, est l'un des 5 phares les plus puissants de France. (A sa droite, on peut voir le phare Vauban).
Sa lanterne située à plus de 100 m au-dessus du niveau de la mer porte à plus de 53 km ! Il se visite toujours et offre un panorama magnifique à qui veut bien escalader ses 145 marches par jour de beau temps !!
Nous n'avons pas tenté l'escalade car malgré le soleil, il y avait une sorte de brume !

Le phare émergeant de la lande fleurie de bruyères et d'ajoncs.

Coucher de soleil en quittant Erquy.

Direction Perros Guirec !
A bientôt !!



dimanche 26 août 2018

Eau de rose


Bonjour,

Les cosmétiques bio c'est bien, les faire soi-même, c'est mieux ! 

Depuis quelques temps, je me suis mise à confectionner les miens : j'ai commencé par un mascara, une BB crème, du dissolvant et bien sûr l'inévitable eau de rose !!

Je vais vous montrer en images comment procéder ! J'ai utilisé la façon la plus simple et la plus rapide, celle obtenue par infusion.
 Prochainement, j'essaierai l'autre méthode : la distillation (à la vapeur) pour obtenir un hydrolat de rose.
 Il n'y a rien de plus simple ni de plus économique lorsque l'on a des roses dans son jardin.

 Nos grand-mères connaissaient déjà les vertus des eaux florales et de celle-ci en particulier.
L'eau de rose resserre les pores, hydrate, ravive et tonifie la peau. Elle est bien tolérée par tous les types de peaux : elle apaise les rougeurs des peaux sensibles, elle régule l'excès de sébum des peaux grasses... sans oublier le délicat parfum et la sensation de fraîcheur qu'elle laisse sur la peau. 
Elle peut être utilisée matin et/ou soir.

Voilà les roses rouges Bio de mon jardin que j'ai utilisées cette fois-ci.
Elles proviennent de mon rosier Eric Tabarly à l'abondante floraison de roses rouges pourpres qui dégagent un parfum délicat.


L'idéal est donc de cueillir les fleurs au petit matin lorsqu'elles sont encore recouvertes de rosée.
 L'avantage est que ces roses ont énormément de pétales (une centaine par fleur environ).
Pour ma recette, il en faut environ 100 gr (ce qui correspond au nombre de roses sur la photo ci-dessus).

Avant de commencer la préparation, il est essentiel de stériliser tout le matériel que l'on va utiliser. Pour cela, il suffit de mettre de l'eau à bouillir et d'y faire tremper le matériel pendant quelques minutes.
Ensuite, on égoutte sur un torchon propre et on se lave bien les mains.
On lave minutieusement les pétales de rose que l'on placera dans un bocal comme celui-ci. 

Ensuite, on fait bouillir 250 ml d'eau minérale (ou filtrée) que l'on va verser sur les 100 gr de pétales. 
On ferme le bocal et on laisse refroidir puis reposer pendant environ 12 h.
Dans beaucoup de recettes, on les fait reposer seulement une vingtaine de minutes ! En ce qui me concerne, je ne trouve pas cela suffisant !


J'ai filtré au chinois pour enlever toutes les impuretés. 
Ensuite, j'ai transvasé mon eau de rose dans un joli flacon que je garde au réfrigérateur pour une meilleure conservation.
On conseille de conserver l'eau de rose dans un flacon au verre foncé mais je n'en avais pas sous la main !
De toute façon, je la garde au réfrigérateur et ne l'utilise pas au delà d'une quinzaine de jours afin qu'elle ne perde pas tous
 ses bienfaits.
Certaines personnes ajoutent environ 10 ml d'alcool pour dessert pour la conserver plus longtemps ainsi que quelques gouttes de jus de betterave Bio pour la colorer !
Avec mes roses, pas besoin de colorant !
L'eau de rose prend naturellement cette belle couleur sans ajout d'un quelconque colorant !

Il est possible de congeler l'eau de rose (si on en obtient beaucoup) et de la mettre en petits flacons que l'on sort au fur et à mesure des besoins.
Cela peut faire aussi de jolis petits cadeaux à offrir : un beau flacon rempli d'une eau de rose Bio, une jolie étiquette et voilà !!

Voici quelques unes des différentes variétés de roses de mon jardin, au summum de leur beauté !





 

A très bientôt !!!

jeudi 16 août 2018

Lavender for ever...

Bonjour,

Encore quelques fuseaux de lavande avant la fin de la saison (qui dure longtemps cette année ! Il y a même eu une nouvelle floraison !).
 Je ne m'en lasse pas ! 
Voilà les derniers fuseaux que j'ai faits hier après-midi à l'ombre des arbres du jardin en ce mercredi 15 août bien ensoleillé !

Fuseaux de taille et de couleur différentes.


J'ai essayé de faire une forme plus arrondie mais ce n'est pas évident lorsqu'on arrive en bas du tissage ! Le ruban a tendance à glisser (comme sur le jaune ci-dessous) et comme on ne peut pas tisser jusqu'en bas cela réduit la taille du fuseau. Ces deux-là iront donc sous une pile de pulls !!


La forme allongée reste la plus facile à réaliser !
Ces deux là ont déjà trouvé leur place !!!

Rubans mauve et vichy rouge pour ces deux là que j'offrirai sans doute au cours de l'année !!

J'ai fait celui-ci spécialement pour l'offrir il y a une quinzaine de jours. 
J'ai mis un ruban gris car chez la personne à qui il était destiné le style 
 est plutôt du genre shabby chic !
Gros noeud et tissage du ruban sur les brins.
Petite astuce : pour tenir le ruban, il est possible de glisser une toute petite épingle à tête à l'intérieur des brins sur la longueur ! (Je ne l'ai pas fait ici car cela tient bien).

J'ai cousu un petit "charm" en forme de soleil pour rappel de la saison estivale bien ensoleillée cette année !
Je suis particulièrement contente du rendu de celui-ci.
Le tissage est parfait sans aucune prétention de ma part car ce n'est pas toujours évident à faire !
Je suis pourtant habituée maintenant vu le nombre de fuseaux que j'ai faits,
 mais ce n'est jamais pareil et parfois il faut que je m'y reprenne à plusieurs fois pour que le fuseau soit correct !

Le plus difficile dans la réalisation de ces fuseaux, c'est le démarrage !
 Plus il y a de brins de lavande, plus c'est difficile ! Il faut prendre le temps de bien les disposer tout autour avant de commencer le tissage !
Comme j'avais un long ruban, j'ai tissé en croix tout autour des brins pour un bel effet.
Il ira sous l'oreiller de ma petite fille pour de belles nuits parfumées et apaisantes.


A très bientôt !!




mercredi 8 août 2018

Lectures estivales...

Bonjour,

Et voilà, j'ai encore dévalisé la bibliothèque de mon village ! 
Ceci est la sélection des livres que je me suis donnée à lire pendant ces deux mois d'été !
 Il y a des nouveautés et des livres plus anciens que je n'avais pas eu le temps de lire ou qui n'étaient pas disponibles.
J'ai essayé de faire un mélange des genres pour varier un peu les plaisirs : 5 romans et 3 polars (on ne se refait pas !!) plus un livre documentaire d'Inès Peyret " Récupération recyclage à tout faire - 2500 trucs et astuces naturels et écologiques pour ne pas gaspiller" fort agréable à feuilleter et où l'on apprend mille et une choses intéressantes à faire au quotidien !



- "L'archipel du chien" de Philippe Claudel :

Sur la plage d'une petite île au milieu de nulle part, trois cadavres de migrants africains échoués que les notables du village (le maire, le curé, l'instituteur entre autres) préfèrent cacher pour éviter toute publicité négative à l'égard de leur île qui a un juteux projet immobilier à réaliser... Chers à Philippe Claudel, on retrouve des hommes prêts à tout, guidés par leur égoïsme pour sauvegarder leurs intérêts, mais qui ont parmi eux une "âme pure".
J'ai aimé ce roman bien écrit, quoiqu'assez oppressant de par cette impression de vase clos qui met au centre la lâcheté des hommes ! Hélas, terriblement d'actualité, il engage à une réflexion individuelle mais aussi collective sur le drame des migrants mais aussi sur la part sombre qui est en chacun de nous.

-"La fissure" de Jean-Paul Didierlaurent :

Xavier Barthoux, directeur commercial dans une entreprise de nains de jardin, mène une vie bien banale entre son épouse Angèle qu'il n'aime plus vraiment, leur fils Adrien qu'il a de plus en plus de mal à supporter et leur maison de vacances dans les Cévennes. Jusqu'au jour où il découvre une fissure sous la vigne vierge de cette maison ! Dès lors, il n'aura de cesse d'en connaître l'origine et de la colmater...
J'ai tout de suite accroché à ce petit roman façon conte moderne qui se lit vite avec sa touche de fantastique et qui à partir d'un "petit rien" nous entraîne dans de drôles d'aventures et qui nous invite à réfléchir sur nos propres failles !!

-"La belle n'a pas sommeil" d'Eric Holder :

Antoine, la soixantaine, amoureux de la nature, est venu ouvrir une improbable librairie de livres d'occasion au milieu de la forêt. Le lieu est quasi introuvable et sans la mystérieuse Mme Wong, une chinoise venue dont ne sait où, qui lui donne des livres à réparer, il aurait eu vite fait de mettre la clé sous la porte ! Quand la belle Lorraine, une conteuse professionnelle de 30 ans sa cadette va croiser son chemin, son univers va être chamboulé...
Roman à l'écriture poétique, agréable à lire mais dont l'issue est prévisible et qui, à mon goût, manque un peu "d'action".

-"Couleurs de l'incendie" de Pierre Lemaître :

Ce roman est le deuxième volet de la trilogie commencée avec "Au revoir là haut" (j'en recommande vivement la lecture pour tous ceux qui ne l'auraient pas encore lu !) prix Goncourt 2013.
Après le suicide d'Edouard Péricourt qui clôt le premier roman, ce deuxième roman commence par un double drame. Madeleine, l'héritière légitime de l'empire Péricourt va connaître tour à tour une période sombre puis à force d'intelligence, de ténacité... une revanche sur tous ceux qui ont voulu sa perte !
Pierre Lemaître nous entraîne dans cette période on ne peut plus trouble que celle des années trente juste avant le grand embrassement mondial...
Je suis en train de terminer ce deuxième roman (plus de 500 pages quand même !!) et je pense que je lirai le dernier tome de cette trilogie où jusqu'alors on ne s'ennuie jamais !


-"Sang impur" de Hugo Hamilton : 

Roman autobiographique d'un gamin né dans les années 50 dans un milieu un peu miséreux d'une douce mère allemande farouchement antinazie et d'un père irlandais nationaliste et violent. A la maison on parle allemand et gaélique mais il est interdit de prononcer un seul mot d'anglais ! Dans ce contexte culturel compliqué, les enfants Hamilton se sentent un peu bizarres et différents des autres ne serait-ce que par leurs vêtements, lederhosenen bien germanique en bas et pull à torsades bien irlandais en haut !
Tour à tour drôle, cocasse, tendre, douloureux, j'ai tout de suite aimé ce beau livre où le narrateur est un enfant de 10 ans qui ne comprend pas trop le monde qui l'entoure et qui le subit en nous faisant part de ses questionnements, ses révoltes... A lire...

-"Trois heures avant l'aube" de Gilles Vincent :

Trois faits divers, trois parcours de vie cabossés, trois vies brisées voilà ce qui attend la commissaire Aïcha Sadia dans cette nouvelle enquête où nous allons suivre ces trois affaires en simultané jusqu'au dénouement final.
Un récit qui met en mots les maux de notre société actuelle (dérives djihadistes, pédophilie, délocalisation) qui semblent ne rien avoir en commun si ce n'est la perte des valeurs !
Une histoire haletante et très noire pour ce polar social qu'on ne lâche pas avant la dernière ligne ! 

- "Le journal de ma disparition" de Camilla Grebe :

Après avoir lu et beaucoup aimé "Un cri sous la glace" je retrouve avec plaisir Camilla Grebe qui a reçu "le prix du meilleur polar suédois" pour ce nouveau roman ! 
Quel plaisir de retourner en Suède et de retrouver Peter et Hanne (même si Peter disparaît dès le début du livre) ! L'action se passe à Ormberg, petit village paumé de la Suède profonde, où tout le monde semble se connaître et où Malin, une adolescente, a retrouvé le squelette d'une fillette, jamais identifié. 
Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse (qui perd peu à peu la mémoire) et de l'inspecteur Peter Lindgren qui vont reprendre l'affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt. 
Jake, un adolescent qui aime se balader seul la nuit dans les bois tombe sur le journal que Hanne a laissé tomber. Il va le lire avec fascination (il renferme les premières impressions de Hanne sur ce cold-case !). 
Malin se retrouve donc seule dans son enquête. Elle est alors appelée sur les lieux du tout premier crime où une nouvelle victime vient d'être découverte !
Se pose alors la question du lien possible entre tous ces crimes. 
Tout au long du roman l'action est décrite à travers les monologues de Malin et Jake.
J'ai bien aimé ce nouveau polar de Camilla Grebe alliant suspense et fluidité d'une écriture dynamique qui ne se perd pas dans les détails, bien ancré dans son époque et plus social que le précédent.

Le jøurnal de ma disparitiøn par Grebe

-"Quand sort la recluse" de Fred Vargas :

Je garde celui-ci pour la fin car mon conjoint l'a lu et n'a pas été emballé plus que ça ! Il l'a trouvé un peu long et moins bien que ceux que nous avions déjà lu de Fred Vargas ! 
En général, nous avons apprécions de façon à peu près égale les polars que nous lisons.
Une nouvelle enquête du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg (que j'ai bien aimé dans les romans où il est déjà apparu) et de son adjoint Adrien Danglard  que je lirai donc prochainement...




A bientôt !!

lundi 6 août 2018

Protection de ceinture de sécurité

Bonjour,

Lorsque l'on utilise un réhausseur pour nos petits à l'arrière d'une voiture,
bien souvent la ceinture de sécurité a tendance à serrer un peu le cou et à faire mal !
De plus, l'été quand il fait chaud comme en ce moment ce n'est pas très agréable !
J'avais ma petite idée mais je suis allée quand même voir sur le Net.
Je me suis inspirée du modèle réalisé par Sophie car je trouvais tous les autres beaucoup trop encombrants. 
Je lui ai donné une forme rectangulaire ! J'ai aussi mis une bande Velcro (plutôt que des boutons "pression") pour la fermeture car je trouve cela plus facile à enlever. 
En situation pour se rendre compte de sa taille !
J'ai utilisé un petit coupon de tissu en coton vert avec des coeurs de chez Buttinette ainsi qu'un morceau de tissu éponge blanc.
J'ai, dans un premier temps, cousu un mini oreiller que j'ai rempli avec du rembourrage pour les peluches !
Il est donc tout doux !
Le coussin est simplement glissé dans la poche (faite avec le tissu vert et le tissu éponge) afin de la nettoyer si besoin.
Le tout se ferme à l'aide d'une bande Velcro placée sur le rabat et le tissu éponge.

Une fois fermée la protection de ceinture mesure environ 32 x 10 x 5 cm.
Il n'y a plus qu'à glisser la ceinture de sécurité  au milieu.

A bientôt !!